previous

La cellule sur commande

D’une part nos cellules sont spécialisées: par exemple les cellules du foie ou les cellules de l’intestin. D’autre part, elles ne font pas la même chose selon le moment de la journée. Après un bon repas, les cellules de notre intestin vont fabriquer des protéines qui sont impliquées dans la digestion. A la tombée du jour, des cellules du cerveau vont produire des protéines impliquées dans le sommeil. Et si on a l’infortune d’attraper la grippe, des cellules du système immunitaire vont s’activer pour enrayer l’infection.

La cellule avant, pendant et après

Comment les chercheurs peuvent-ils savoir ce que font les cellules d’un tissu à une certaine heure de la journée ? En étudiant les protéines présentes dans ce tissu à ce moment-là. C’est le champ d’étude de la protéomique. Cette approche permet non seulement d’identifier des protéines mais aussi de comparer leur production après la prise d’un médicament par exemple,  lors d’un régime alimentaire ou encore au cours du cycle jour-nuit.

Une carte géographique des protéines

Un chercheur a donc les outils pour observer les protéines produites dans notre sang à 7h59 par exemple… mais aussi à une semaine d’intervalle après un traitement. Lesquels ?

 

En laboratoire, on sait séparer les protéines selon leur taille et leur charge électrique sur une plaque de gel. C’est la technique de l’électrophorèse bidimensionnelle. Cette séparation effectuée, le chercheur peut étudier un ensemble de taches qui représentent chacune une protéine spécifique. Cet ensemble est alors scanné puis analysé à l’aide de programmes bioinformatiques qui permettent d’attribuer le nom d’une protéine à chaque tache par comparaison avec d’autres ensembles déjà connus.

Notre sang à 7h59…

Plus de 600 taches ont été identifiées sur cette carte grâce à des programmes informatiques. Les images et leur interprétation sont stockées dans des banques de données publiques.

1