previous
Slide 1

Et si on peut trouver un gène ou une protéine dans un fossile, c’est encore mieux. Mais extrêmement rare. En effet, les parties organiques d’un animal en voie de fossilisation peuvent persister durant quelques milliers d’années avant d’être remplacées par du minéral. Mais guère plus.

Une survivante

Quelle ne fut pas alors la surprise de chercheurs américains de découvrir, en 2007, une protéine presque intacte parmi les ossements fossilisés d’un tyrannosaure vieux de 68 millions d’années! Cette protéine se trouvait enfouie dans un os, miraculeusement protégée des sévices du temps. Mais de quelle protéine s’agissait-il?

 

Mais laquelle?

L’ayant trouvée dans de l’os, les scientifiques ont fait l’hypothèse que la protéine était vraisemblablement du collagène, une des composantes majeures de l’os. En laboratoire, ils ont pu déterminer sa séquence. Puis, grâce à des outils bioinformatiques, ils l’ont comparée à des millions d’autres présentes dans des banques de données. Ils ont pu ainsi confirmer leur hypothèse de départ: la protéine extraite des os du tyrannosaure est bel et bien du collagène.

Qui descend du Tyrannosaure?

Trouver du collagène dans un os – même celui d’un tyrannosaure – est peu surprenant. Par contre, les scientifiques ont maintenant du collagène vieux de 68 millions d’années qu’ils peuvent comparer à du collagène de milliers d’autres espèces contemporaines. Dans quel but? Pour trouver les liens de parenté du tyrannosaure – et des dinosaures dans leur globalité – avec les autres espèces.

C’est le poulet!

Le résultat? Le collagène du tyrannosaure ressemble beaucoup à celui du poulet! Les oiseaux et les tyrannosaures appartiendraient donc à la même famille? En fait, on s’en doutait. De telles hypothèses avaient déjà été lancées suite à des comparaisons basées sur l’anatomie. Mais aujourd’hui, les scientifiques ont une confirmation génétique.

Slide 3