previous
Slide 1

 

Des programmes détournés

Avec les nouveaux progrès biotechnologiques, une nouvelle génération d’artistes est née. En particulier celle qui s’inspire d’outils bioinformatiques pour créer sur le thème des protéines et de l’ADN.

La protéine sculptée

Les protéines sont des entités si petites qu’à ce jour aucun dispositif scientifique n’a su nous les révéler. Du moins, dans leur intimité. Aucun instrument n’a pu prendre une protéine en photo pour nous en dévoiler les courbes, la texture ou la forme. Alors on a recours à des méthodes indirectes pour imaginer son architecture. En l’occurrence, à partir de la composition d’une protéine, la bioinformatique sait en suggérer la forme. Et, en s’inspirant des mêmes programmes, un artiste peut aussi la sculpter.

 

Le génome tissé

L’ADN est une succession de quatre molécules qui se lient les unes aux autres pour former une combinaison définie. Imaginez que pour chacune des quatre molécules on choisisse un fil de soie de couleur différente. On peut alors traduire l’ADN en un enchevêtrement de fils de soie. Et par là-même, tisser un bout d’ADN, un gène et même un génome.

 

Slide 2

La musique des protéines

Les protéines sont des successions d’acides aminés. Il en existe 20 différents.

Si, à chaque acide aminé, on attribue une note, une protéine se transforme alors en partition de musique avec une mélodie qui lui est propre.