previous
Slide 1

la brique du gène

Notre patrimoine génétique est constitué par de longues molécules d’ADN qui forment nos chromosomes. Si nous arrivions à voir un bout d’ADN sous le microscope, nous verrions qu’il est une simple succession de quatre molécules différentes: l’adénine, la thymine, la cytosine et la guanine ou A, T, C et G. Nous avons alors un texte de 3 milliards de caractères basé sur un alphabet de 4 lettres, dans lequel sont cachés tous nos gènes. Mais comment le lire et le comprendre?

du gène à la protéine

Tous les gènes ont un début et une fin. Entre ces 2  extrémités se trouve une recette pour produire, dans la plupart des cas, une protéine. Une protéine est, elle, une succession de molécules appelées acides aminés qui sont au nombre de vingt, représentés eux aussi par des lettres. Passer du gène à la protéine est comme passer du chinois au russe. Il faut un traducteur. C’est ce qu’on appelle le code génétique.

Slide 2

Un code pour tous

Le code génétique est étonnamment simple.
A 3 ‘lettres’ successives d’ADN correspond 1 des vingt acides aminés d’une protéine. De cette manière, une séquence d’ADN est finalement traduite en une séquence de protéine. C’est donc en lisant nos gènes que nos cellules fabriquent les protéines. Et ce code est quasi le même pour tous les organismes, de la bactérie à l’escargot en passant par la tulipe, l’hippopotame, le virus et l’homme.

Slide 3
Slide 4

le code génétique

Voici une des représentations du code génétique, qu’il faut lire de la manière suivante:

partez du milieu vers l’extérieur pour traduire.

Ainsi la séquence ATG (de l’ADN) code pour l’acide aminé  M  (Méthionine) et la séquence TTC code pour l’acide aminé  F (Phénylalanine).

TAA, TAG et TGA ne codent pas pour un acide aminé, mais indiquent un ‘stop’ .

Slide 5

Le gène éclaté

Les choses ne sont pas simples… Les gènes qui codent pour des protéines ne constituent qu’une partie minime – 3 % à 5 % – de notre ADN. Autant chercher une aiguille dans une botte de foin! Par ailleurs, non seulement les gènes sont dispersés mais ils sont aussi fréquemment discontinus… Il faut alors trouver les bons morceaux puis les assembler pour que leur lecture soit correcte.

Le gène prédit

C’est pourquoi on a imaginé et conçu des programmes bioinformatiques capables de prédire le début d’un gène, comme sa fin, et ce qu’il y a entre deux. Ces programmes sont encore loin de donner des résultats parfaits mais offrent de précieuses indications aux biologistes.