previous
Slide 1

Une histoire de marins…

Nous devons la tradition du jus de fruit au petit déjeuner à un médecin éclairé qui, en 1747, distribue des agrumes à des marins et constate les bienfaits sur ceux atteints de scorbut. Aujourd’hui, nous savons que le scorbut est une maladie due à un manque de vitamine C. La dose journalière qui nous est recommandée équivaut à deux oranges. La vitamine C est indispensable au bon fonctionnement de notre organisme. En effet, elle prévient le vieillissement et participe à la synthèse de collagène qui, entre autres, maintient la structure de nos tissus.

 

Slide 2

Une protéine qui nous a laissé tomber

Compléter notre régime par des aliments riches en vitamine C nous semble naturel. Pourtant, la large majorité des mammifères élaborent eux-mêmes leur propre vitamine C, comme la souris et le chien. Comment avons-nous perdu cette faculté? Parce que nous ne produisons plus la protéine responsable de sa fabrication: Gulo. Le coupable est une mutation apparue chez l’homme il y a environ 40 millions d’années. Gulo est inactive également dans d’autres espèces, tels que le chimpanzé, le cochon d’Inde ou encore certaines chauve-souris qui, comme nous, doivent pallier ce manque par leur alimentation.

 

Un chemin complexe

L’ensemble des processus qui mènent à la synthèse de la vitamine C est complexe. Des outils bioinformatiques – telles les cartes métaboliques – donnent une vision complète et globale des différentes étapes de sa production. Les comparaisons entre espèces deviennent possibles et mettent en lumière des différences comme celles qui existent entre la souris et nous par exemple.